Des jours meilleurs nous attendent—3ème partie

Par Peter Amsterdam

novembre 23, 2021

[Better Days Ahead, Part 3]

—L’abondante provision divine

Lorsque les disciples de Jésus Lui demandèrent de leur enseigner comment prier, Il leur recommanda, entre autres, de prier que Dieu leur donne leur pain quotidien (ou leur subsistance). Jésus connaissait bien la fragilité de notre vie terrestre et Il savait qu’il était important que nos besoins soient satisfaits. Dans la Bible, il y a un merveilleux verset sur la provision divine qui dit : « Mon Dieu subviendra pleinement à tous vos besoins ; il le fera, selon sa glorieuse richesse qui se manifeste en Jésus-Christ » (Philippiens 4.19). Dieu nous aime tellement qu’Il a promis de prendre soin de nous dans les bons comme dans les mauvais moments de la vie. Il nous aidera également à ressentir sa joie en toutes circonstances, aussi bien dans l’abondance que dans le dénuement. (Philippiens 4.11-12).

Cela peut être très stressant de rencontrer des difficultés financières, surtout lorsque nous ne savons pas d’où viendra l’argent dont nous avons besoin pour honorer nos obligations. Quand on fait tout ce qu’on peut pour payer ses factures et subvenir aux besoins de sa famille, l’insécurité financière peut engendrer beaucoup de stress et d’anxiété. Il y a aussi le « stress par procuration » que l’on ressent quand on entend parler des difficultés d’autres personnes. Le simple fait de lire dans le journal des articles sur les difficultés financières, la crise économique et les souffrances des autres peut affecter votre moral et votre tranquillité d’esprit.

En ces temps difficiles, je suis persuadé que le fait de nous remémorer nos bénédictions passées peut nous encourager pour l’avenir, comme l’ont si souvent fait les auteurs de la Bible dans leurs écrits. Dieu ne nous a jamais déçus ! Cela n’a pas toujours été facile et nous avons tous connu des épreuves, de la peine et des pertes. Mais nous pouvons nous fier à Dieu pour que tout concoure au bien de ceux qui L’aiment, de manière visible et invisible, et nous pouvons regarder en arrière et être encouragés de voir que sa main puissante a subvenu à nos besoins mainte et mainte fois.

Alors que je réfléchissais et priais à propos des problèmes financiers, je me suis rappelé les principes contenus dans la Parole de Dieu qui nous dit de croire en Dieu, de Le suivre, et d’avoir confiance qu’Il pourvoira aux besoins de ses enfants. Ce qui est important, ce sont les promesses infaillibles de Dieu et sa sollicitude à notre égard. Je suis également encouragé par la lecture de messages prophétiques de Jésus qui parlent de situations actuelles. Voici l’un de ces messages :

« Tout le monde ou presque subit des pressions financières à un moment ou à un autre, mais certaines personnes y font face mieux que d’autres. Souvent, la différence ne tient pas tant à la situation dans laquelle on se trouve, qu’à la personne vers laquelle on se tourne pour obtenir de l’aide. La clé pour surmonter les problèmes financiers est la même qui permet de surmonter n’importe quel problème : faites ce que vous pouvez, puis appuyez-vous sur Dieu pour résoudre l’équation.

Jadis, J’ai dit à mes disciples : « Aux hommes c’est impossible, mais non à Dieu. Car tout est possible à Dieu. »[1] La présence de Dieu dans l’équation change tout ! Quand vous mettez Dieu dans l’équation, tout devient possible pour vous aussi, car la foi en Dieu et en ses promesses triomphe de toutes les impossibilités.

Voici quelques promesses sur lesquelles vous pouvez compter : « Mon Dieu subviendra pleinement à tous vos besoins ; il le fera, selon sa glorieuse richesse qui se manifeste en Jésus-Christ. »[2] « Tout ce que vous demandez dans vos prières, croyez que vous l’avez reçu et cela vous sera accordé. »[3] « Faites donc du règne de Dieu et de ce qui est juste à ses yeux votre préoccupation première, et toutes ces choses vous seront données en plus. »[4]

Tout ce que possède le Père est à Moi, J’ai donc toutes les richesses de l’univers à ma disposition, et Je me soucie de votre bonheur et de votre bien-être. Alors, commencez par faire ce que vous pouvez faire, puis ajoutez Dieu à l’équation en Me demandant d’intervenir et de faire ce que vous ne pouvez pas faire.

Une fois que vous avez fait tout ce que vous pouviez et que vous êtes arrivés au bout de vos moyens de subsistance habituels mais que vous n’arrivez toujours pas à joindre les deux bouts, ne désespérez pas. Je peux subvenir à vos besoins par d’autres moyens. Lorsque des gens n’honorent pas leurs responsabilités financières envers vous, ou que vous avez été lésés par les décisions des autres, ne désespérez pas. Je demeure fidèle. Lorsqu’une catastrophe survient et que cela occasionne des dépenses imprévues, ne désespérez pas. Je peux prendre la relève là où s’arrête votre police d’assurance. Lorsque l’économie est en berne et que les offres d’emploi sont rares, ne désespérez pas. Je suis capable de subvenir à vos besoins même dans des situations apparemment inextricables.

« Demandez, et vous recevrez ; cherchez, et vous trouverez ; frappez, et l’on vous ouvrira. »[5] C’est une promesse que J’ai faite jadis, et qui est toujours aussi vraie. Dites-Moi quels sont vos besoins et demandez-Moi d’y subvenir. Faites ce qui est en votre pouvoir—demandez, cherchez et frappez—et Moi, Je ferai le reste.

Souvent, lorsque vous êtes à court d’argent, votre foi en ma capacité à subvenir à vos besoins est mise à l’épreuve. Vous êtes tentés de penser que mes promesses ne sont pas fiables, que Je ne subviendrai pas à vos besoins comme Je l’avais promis ; mais n’acceptez pas ces doutes, car Je répondrai toujours à votre attente.

De nombreux facteurs influent sur la manière dont vos prières sont exaucées et sur les moyens que Je mets en œuvre pour subvenir à vos besoins, en particulier les choix que vous ou d’autres personnes avez faites, alors ne perdez pas courage, ne vous impatientez pas et n’allez pas croire que Je me désintéresse de vous et que Je ne pourvoirai pas à vos besoins. Parfois, il faut attendre que les conditions soient réunies.

En attendant, comptez vos bénédictions. Remerciez-Moi de ce que J’ai déjà fait pour vous et pour ce que Je vous ai déjà donné. Réfléchissez aux choses qui ont de la vraie valeur—qui valent bien plus que le simple confort matériel—des choses que l’argent ne peut acheter, comme l’amour de ceux qui vous sont chers, les amitiés sincères, la paix du cœur et de l’esprit, et l’épanouissement et la satisfaction que procurent le fait de Me connaître et de M’aimer. Chérissez ces choses, et vous aurez de la joie en Moi, quelles que soient les circonstances matérielles dans lesquelles vous vous trouvez.

Et puisque nous parlons de compter nos bénédictions et de remercier le Seigneur pour ce qu’Il a déjà accompli, une amie m’a parlé d’un nouveau projet personnel qu’elle a commencé et pour lequel elle a créé deux listes. Une première liste, intitulée « miracles exceptionnels », est la compilation de toutes les choses extraordinaires que le Seigneur a faites dans sa vie au fil des ans. L’autre liste s’intitule « grâce et gentillesse au quotidien ». Il s’agit d’un compte-rendu au jour le jour des marques d’amour du Seigneur, des portes ouvertes, de ses réponses aux prières ; bref, de toutes ces petites choses qui lui montrent que Dieu est présent dans sa vie et qu’Il lui veut du bien. Elle a commencé ces deux listes récemment alors qu’elle traversait une période de sa vie particulièrement difficile, pour se rappeler que le Seigneur ne l’a jamais abandonnée !

Je suis sûr que vous avez souvent eu des conversations où quelqu’un disait avec enthousiasme : « Tu te souviens ... » pour ensuite raconter un formidable témoignage de la provision du Seigneur, des portes qu’Il a ouvertes, de sa guérison ou de son intervention. Cela fait du bien à notre esprit de se rappeler que le Seigneur nous a conduits et guidés dans le passé et qu’Il nous a bénis. Cela nous rappelle que ce qui s’est déjà passé avant peut se reproduire. « Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et pour toujours. » (Hébreux 13.8)

Nous pouvons compter sur Lui et sur ses promesses pour subvenir à nos besoins aujourd’hui et tous les jours. Comme le disait Matthew Henry : « Une foi vivante peut rendre grâce pour une promesse, même si elle ne s’est pas encore réalisée, sachant que les obligations émises par Dieu ont autant de valeur que l’argent en espèces dans votre porte-monnaie ! » Ce principe est fort bien illustré dans le témoignage suivant :

À ses débuts, le Dallas Theological Seminary (le séminaire de théologie de Dallas) avait un besoin urgent de 10 000 dollars pour poursuivre ses activités. Au cours d’une réunion de prière, le célèbre enseignant biblique Harry Ironside, qui donnait des conférences à l’école, pria : « Seigneur, Tu possèdes le bétail par milliers sur les montagnes. S’il Te plaît, vends une partie de ce bétail pour répondre à ce besoin. »

Peu après la réunion de prière, l’école reçut un chèque de 10 000 dollars, envoyé quelques jours auparavant par un ami qui n’avait aucune idée du besoin urgent ni de la prière de Harry Ironside. L’homme indiqua simplement que l’argent provenait de la vente d’une partie de son bétail ![6]

Cette petite histoire m’a rappelé une fois de plus à quel point c’est une bénédiction de se souvenir de la bonté dont Dieu a fait preuve envers nous dans le passé. J’ai une amie très chère qui invoque souvent le Psaume 50.10[7] et dit avec un regard pétillant : « Bon ! Seigneur, Tu possèdes des milliers de têtes de bétail sur les montagnes. Le moment est venu de procéder encore une fois à une vente de bétail ! »

Un autre principe qu’il est important de garder à l’esprit est le principe de générosité. Jésus disait : « Donnez, et l’on vous donnera, on versera dans le pan de votre vêtement une bonne mesure bien tassée, secouée et débordante ; car on emploiera, à votre égard, la mesure dont vous vous serez servis pour mesurer. » (Luc 6.38 SEM). En tant que chrétiens, nous sommes appelés, dans la mesure de nos moyens, à donner de notre temps, de notre amour et de nos finances à l’œuvre de Dieu et pour aider ceux qui sont dans le besoin. Nous prions que le Seigneur vous le rende abondamment en réponse à votre générosité !

Maria a fait le commentaire suivant :

Parfois nos problèmes nous paraissent très compliqués et gigantesques. En fait, parfois ils le sont. Aucun de nous n’a une vie facile, c’est clair. Mais n’oublions pas que nous avons Jésus. Comparés aux peines de cœur, à la solitude lancinante, au désespoir, au manque d’amour et à l’absence de vision et de but qui sont le lot de beaucoup de gens qui ne peuvent pas s’appuyer sur la promesse d’une éternité avec Dieu, nos problèmes ont l’air moins graves !

Le Seigneur veut que nous nous préoccupions du sort des autres et que nous compatissions à leurs difficultés. Nous avons tous, à un moment ou à un autre, été en proie au désarroi, à l’incertitude et l’adversité. Nous pouvons partager le réconfort du Seigneur avec les autres, comme Lui nous a réconfortés. (Voir 2 Corinthiens 1.4.) Nous pouvons également contribuer à répondre à leurs aspirations les plus profondes en partageant l’amour et la Parole de Dieu avec eux. Le Seigneur nous a promis de grandes récompenses si nous donnons ce que nous avons aux autres. « Sachant que vous recevrez du Seigneur un héritage pour récompense. [En effet, ] le Seigneur que vous servez, c’est Christ. » (Colossiens 3.24 S21.)

Quel merveilleux cycle d’amour ! Quand nous donnons aux autres, le Seigneur a promis qu’Il nous donnerait la foi, la joie et sa force.

Puissions-nous tous puiser notre courage dans les promesses du Seigneur, sachant que Dieu a toujours répondu à nos besoins dans le passé et que sa promesse est toujours valable : Il « subviendra pleinement à tous nos besoins ; il le fera, selon sa glorieuse richesse qui se manifeste en Jésus-Christ » (Philippiens 4.19) Continuez à prier et à frapper aux portes, essayez de nouvelles choses et faites confiance au Seigneur pour vous aider à trouver une solution. Il nous promet que « rien ne manque à ceux qui le révèrent. » (Psaume 34.10)

Parfois j’aime méditer sur la vie des chrétiens du passé. Une personne qui m’a toujours beaucoup encouragé est George Müller.[8]

George Müller (1805-1898) était un missionnaire chrétien évangéliste et un coordonnateur d’orphelinats à Bristol, en Angleterre. Grâce à sa foi et à ses prières (et sans jamais demander d’argent à qui que ce soit), il a eu le privilège de venir en aide à plus de 120 000 jeunes orphelins. Il a également parcouru plus de 320 000 km (en bateau) pour prêcher l’Évangile de Jésus-Christ dans 42 pays et présenter aux croyants le défi des missions dans le monde, et les exhorter à faire confiance à Dieu. Dans son journal, George Müller a consigné, miracle après miracle, la provision de Dieu et les prières exaucées.

C’est un héritage extraordinaire ! J’aimerais attirer votre attention sur l’un de ces miracles en particulier :

Un matin, toutes les assiettes, les tasses et les bols sur la table du petit-déjeuner étaient vides. Le garde-manger était vide et il n’y avait pas d’argent pour acheter à manger. Les enfants étaient là, en train d’attendre leur petit-déjeuner, quand Müller leur dit : « Les enfants, vous savez que nous devons être à l’heure pour l’école. » Puis, levant les mains au ciel, il pria : « Cher Père, nous Te remercions pour ce que Tu vas nous donner à manger. »

Tout à coup, on frappa à la porte. Le boulanger se tenait là, et dit : « Monsieur Müller, je n’arrivais pas à dormir cette nuit. J’avais l’impression que vous n’aviez pas de pain pour le petit déjeuner, et que le Seigneur voulait que je vous en donne. Alors je me suis levé à 2 heures du matin pour faire du pain frais, et voilà, je vous l’ai apporté. »

George Müller remercia le boulanger. À peine était-il parti, qu’on frappa une deuxième fois à la porte. C’était le laitier. Il expliqua que son chariot de lait était tombé en panne juste devant l’orphelinat, et qu’il aimerait donner aux enfants ses bidons de lait frais pour pouvoir vider son chariot et le faire réparer.[9]

Nous pouvons également admirer la grande foi de Charles Thomas (C. T.) Studd (1860-1931). C’était un missionnaire anglais qui servit fidèlement son Sauveur en Chine, en Inde et en Afrique. Sa devise était : « Si Jésus-Christ est Dieu et qu’Il est mort pour moi, alors je ne pourrai jamais faire un trop grand sacrifice pour Lui. »[10]

C. T. Studd décrit en ces termes un miracle de la provision divine en Chine :

Ma propre famille ne savait rien des conditions dans lesquelles nous nous trouvions, si ce n’est que nous étions au cœur de la Chine. Toutes nos provisions étaient épuisées, et il n’y avait pas le moindre espoir qu’un approvisionnement d’aucune sorte puisse provenir d’une source humaine. Le courrier arrivait une fois tous les quinze jours. Le facteur venait de passer cet après-midi-là et il n’apporterait le prochain courrier que quinze jours plus tard. Nous avons mis les enfants au lit. Puis ma femme et moi avons regardé la situation bien en face. Si ne recevions aucune aide au prochain passage du facteur, c’était la famine qui nous attendait.

Nous avons décidé de consacrer une nuit à la prière. Nous nous sommes mis à genoux pour prier. Je pense que nous avons dû rester 20 minutes en prière avant de nous relever. Nous avons dit à Dieu tout ce que nous avions à dire durant ces 20 minutes. Nos cœurs étaient soulagés ; il nous a semblé que ce ne serait ni respectueux, ni logique de continuer à parler à Dieu comme s’Il était sourd ou qu’Il ne pouvait pas comprendre notre langage simple ou la gravité de notre situation, ou la puissance des paroles de son Fils qui a dit que Dieu savait déjà tout avant même que nous ne Lui en parlions, ou comme Il l’a dit lui-même : « Avant qu’ils ne m’invoquent, je les exaucerai. » Et c’est exactement ce qu’Il fit.

Le facteur revint à la date prévue, et nous avons ouvert le sac de courrier sans tarder. Nous avons jeté un coup d’œil aux lettres : il n’y avait rien. Nous nous sommes regardés, j’ai repris le sac et je l’ai secoué en le tenant par les coins ; une autre lettre est tombée du sac, mais l’écriture nous était complètement inconnue. Je l’ai ouverte et j’ai commencé à lire. La lecture de cette lettre nous a transformés, et je crois que toute notre vie a été transformée depuis lors. Voici ce que disait la lettre :

 « J’ai, » dit l’auteur de la lettre, « pour une raison ou une autre, reçu l’ordre de Dieu de vous envoyer un chèque de 100 livres. Je ne vous ai jamais rencontrés. J’ai seulement entendu parler de vous, et même pas très souvent, mais Dieu m’a empêché de dormir ce soir en me donnant cet ordre. J’ignore pour quelle raison Il m’a ordonné de vous envoyer ces 100 livres—vous le saurez mieux que moi. Quoi qu’il en soit, voici le chèque et j’espère qu’il vous fera du bien. »[11]

Vous n’avez pas besoin d’être un missionnaire de longue date pour que le Seigneur s’occupe de vos besoins. Tous ceux d’entre nous qui ont suivi le Seigneur, que ce soit pendant une courte période de notre vie ou pendant des décennies, savons qu’Il est fidèle et qu’Il pourvoit à tout ce dont nous avons besoin ! Nous savons que Dieu peut ouvrir les fenêtres du ciel et faire pleuvoir des provisions par miracle, et qu’Il peut démontrer sa bienveillance dans les plus petits détails de notre vie. Dieu ne nous a jamais déçus ! N’oublions pas ce que Dieu a fait pour nous dans le passé, et puisse notre expérience de sa fidélité renforcer notre foi dans ce qu’il fera à l’avenir.

Il n’a pas épargné son propre Fils, mais il l’a livré pour nous tous : comment ne nous donnerait-il pas tout avec son Fils ?—Romains 8.32 BFC.



[1] Marc 10.27 SEM.

[2] Philippiens 4.19 SEM.

[3] Marc 11.24 SEM.

[4] Matthieu 6.33 SEM.

[5] Matthieu 7.7 SEM. 

[6] Today in the Word, MBI, January 1990, p. 36. https://www.sermonsearch.com/sermon-illustrations/4796/cattle-on-a-thousand-hills/ [les bêtes par milliers dans les montagnes]

[7] « Car tous les animaux des forêts sont à moi, à moi, les bêtes par milliers dans les montagnes ! » (Psaume 50.10 SEM).

[8] Vous pouvez lire en anglais le récit des miracles de provision que le Seigneur fit pour George Muller sur ce site : https://www.georgemuller.org/devotional/trusting-god-for-daily-supplies

[9] George Muller: Trusting God for Daily Bread (Faire confiance à Dieu pour notre pain quotidien), https://harvestministry.org/muller

[10] https://www.wholesomewords.org/biography/biorpstudd.html

[11] Norman Grubb, C. T. Studd: Cricketer and Pioneer [Joueur de cricket et pionnier chrétien] (Christian Literature Crusade, 1982).

Copyright © 2022 The Family International. Politique de confidentialité Politique des cookies